Skip to content

PRESS

 
 

Michelin Guide 2018

 Awarded : « Assiette de Qualité »

 
 

assiette_rouge_michelin

 

Sain, créatif, récréatif et responsable : voici la « bistrosophie » de ce restaurant qui n’a de brutal que le nom. Tout, ici, est marqué du sceau de l’éthique environnementale : électricité issue de l’énergie renouvelable, serviettes en papier, eau filtrée, déco réalisée avec un maximum d’éléments recyclés… Même préoccupation du côté de l’assiette, qui favorise les circuits courts et colle au plus près des saisons. Heureusement, cela n’empêche ni la fantaisie, ni la créativité : on se laisse surprendre (et séduire) par les jeux de textures et de saveurs, par les idées surprenantes du chef, et par la fraîcheur de l’ensemble. Sain, on vous dit !

Michelin Guide

 

————————————————-

 

Gault & Millau 2018

 Awarded : 14,5 / 20 ( 2 Toques)

 
 

plaque-restaurant-gault-et-millau-2018

 
 

Ce très beau bistrot qui pratique une « cuisine saine, fertile et responsable », selon son slogan, mérite amplement cette qualification et le détour, dans un coin de Paris où de telles tables sont rares. A l’abri de ce chaleureux cocon de bois brut et de pierres, au rez-de-chaussée bien en vue ou au sous-sol pour plus d’intimité, le convive laisse cette équipe de passionnés assembler et travailler avec soins des produits naturels, sourcés, de saison, bios, parfumés, choyés pour des résultats aussi beaux que bons qui mêlent créativité, technique, dressage et goût. Pas de menu ni de carte, seulement des formules à 3, 4 ou 6 plats qui changent tout le temps selon ce qui est frais. Ce jour-là, la brigade bien réglée envoyait une série ininterrompue de saveurs depuis les haricots beurre, salicorne et café en amuse-bouche, jusqu’à la ganache chocolat, cassis, salicorne, glace au basilic et crumble en dessert. Entre les deux, notamment : crème de moule, carotte rôtie, chorizo, émulsion de vin blanc et moule ; carpaccio de courgettes, achillée millefeuille, navet, noix, pomme, huile d’estragon ; cabillaud de ligne du Guilvinec, ail noir, sauce tomate, betterave confite, mûre ; volaille pattes bleues, beurre blanc à l’aneth, haricots beurre, courgettes, café, servie avec sa crème de maïs au poulet et à l’aneth. Et comme un bonheur n’arrive jamais seul, ces odes au bon goût, au respect de la planète et au travail bien fait s’accompagnent d’un portfolio de vignerons indépendants, amoureux de la terre, qui ont livré là le meilleur de leurs vignes. Quelques alcools tout aussi bien choisis, issus d’artisans amoureux des belles choses, viendront parfaire l’excellente étape gourmande, délicate et noble de cette « brute » aux doigts de fée, qui rayonne dans le quartier dorénavant.

Gault&Millau

 
 

————————————————-

 

Guide Lebey 2018

 
 


 
 

Brute a profité du mois d’août pour ouvrir et se rôder afin d’être d’attaque au moment des retours de vacances. Et, sans véritable surprise, Mickael Poyault, le chef, ancien de chez Garance, de Fauchon, du Mandarin Oriental et de Jean (9e), était prêt. Une petite salle d’une vingtaine de couverts au rez-de-chaussée, une cuisine ouverte sur la salle, du bois, de la brique, une seconde salle au sous-sol, Brute a l’accueil intime. Des conditions idéales pour développer sa « bistrosophie », à savoir la volonté de cuisiner des produits achetés en circuits courts, tous issus de l’agriculture biologique ou raisonnée, et de proposer une carte qui change tous les quinze jours. Seulement deux entrées, deux plats et deux desserts et des associations osées qui détonnent comme l’orge, l’étonnante confiture de chèvre au whisky et la pêche. Canard, sauce chocolatée, cerise, courgette et verveine défend un même registre, même si le dressage semblait moins soigné. Chocolat, figue, groseille, glace banane et cardamome verte, heureux accord pour terminer ce repas prometeur qui, d’emblée, mérite un coup de cœur. Service encore un peu emprunté et à la recherche de repères. Carte des vins tournée vers le bio et le nature avec une sélection de vins au verre à étoffer.

 

Guide Lebey

 

————————————————-

 

Le Figaro
Emmanuel Rubin (3/5)

 

 
 

 
 

« Eloge de la Délicatesse »
Avec des alliances à tous vents, un bistrot d’aujourd’hui, où les assiettes font miroir au décor dans cette belle vigueur d’une fine cuisine des villes comme des champs. On y revient très vite…

 

 
 


Marie Claire

 

Alimentation Alternative – les adresses à découvrir

 

 

 
 

Article ici